Directives sur la présentation d’articles destinés au Journal de l’Armée du Canada

Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez au Journal de l’Armée du Canada. La publication constitue une tribune à comité de lecture examinant idées et enjeux, et c’est la revue officielle de l’Armée canadienne. Il se consacre à l’expression de réflexions professionnelles sérieuses, ou au débat éclairé sur l’art et la science de la guerre terrestre, ou aux deux, à la diffusion et à l’étude de concepts axés sur la doctrine et l’instruction et aux idées, concepts et opinions de tout le personnel militaire et des civils qui s’intéressent à ces questions. Des articles sur des sujets connexes, tels que le leadership, l’éthique, la technologie et l’histoire militaire y sont publiés également. Le Journal de l’Armée du Canada est essentiel à la santé intellectuelle de l’Armée canadienne et à la formulation de futurs concepts, doctrines et politiques sur l’instruction qui sont valides. Il favorise l’éducation et le perfectionnement professionnel continus des militaires de tous les grades, de tout le personnel de l’Armée canadienne et des lecteurs des autres armées, d’organismes gouvernementaux et des milieux universitaires qui s’intéressent à l’Armée canadienne et aux affaires liées à la défense et à la sécurité.

Le Journal de l’Armée du Canada est une revue à comité de lecture : chaque article est donc examiné par au moins deux lecteurs anonymes de l’extérieur, qui transmettent leurs observations et leurs recommandations au rédacteur en chef relativement à l’à-propos de publier l’article. Le rédacteur en chef communique ensuite avec l’auteur au sujet de tout changement recommandé. Il se réserve le droit d’apporter des changements mineurs au style ou au choix des termes qui n’ont aucune incidence sur l’intention ou le contenu du texte.

Il importe de souligner que le commandant de l’Armée canadienne a délégué au rédacteur en chef le pouvoir d’approuver les manuscrits devant être publiés dans le Journal de l’Armée du Canada. Par conséquent, les militaires en activité de service dans les Forces armées canadiennes et les employés civils du ministère de la Défense nationale ne sont pas tenus d’obtenir la permission de leurs supérieurs respectifs pour présenter un article.

Aide-mémoire à l’intention des auteurs

Afin que votre article soit publié dès que possible, nous vous prions de bien lire l’aide-mémoire qui suit et de veiller à respecter toutes les exigences qui y sont formulées, avant de présenter votre texte :

  1. Les manuscrits peuvent être présentés dans l’une ou l’autre des langues officielles du Canada.
  2. Les manuscrits doivent être rédigés en format Word et respecter le style de rédaction universitaire et l’orthographe adoptée dans le Canadian Oxford Dictionary ou Le Petit Robert.
  3. Il faut utiliser les notes de fin de document plutôt que les notes de bas de page.
  4. Il faut indiquer clairement les endroits où les photos accompagnant le texte doivent être insérées.
  5. Les photos et les cartes doivent être soumises séparément (ne pas les intégrer dans le texte) et avoir été numérisées à une résolution d’au moins 300 ppp.
  6. La mention de la source de chaque photo doit être clairement indiquée.
  7. Chaque photo doit s’accompagner de sa légende.
  8. Les abréviations et les acronymes sont inévitables. Cependant, la première fois où ils figurent dans le texte, il faut les mettre entre parenthèses, après les termes qu’ils désignent écrits au long.
  9. Le nom et le grade de l’auteur sont indiqués au long.
  10. Les décorations et les titres honorifiques de l’auteur sont mentionnés.
  11. Une notice biographique de l’auteur d’environ 150 mots est fournie.

Le Journal de l’Armée du Canada encourage la soumission de toute recherche et de tout écrit dont le sujet intéresse l’Armée canadienne. Nous acceptons des textes dans les six rubriques suivantes : « Articles », « Tribune libre », « Note au dossier », « Notices biographiques », « Quoi de neuf dans l’Armée? » et « Critiques de livres ».

Soulignons que toute critique rédigée à la demande du Journal de l’Armée du Canada est considérée comme étant une œuvre sur commande et qu’elle est de ce fait protégée par un droit d’auteur. Le Journal de l’Armée du Canada accorde cependant à l’auteur le droit de publier sa critique dans d’autres publications à condition qu’il soit mentionné que l’article provient du Journal de l’Armée du Canada. Voici les directives qui s’appliquent à chaque type de texte.

Articles

Les articles publiés dans le Journal de l’Armée du Canada doivent compter entre 4 000 et 6 000 mots. Le rédacteur en chef peut accepter des articles plus longs, mais il se réserve le droit de les publier en deux parties. Les articles doivent résulter d’une mûre réflexion professionnelle, ou d’un débat éclairé sur l’art et la science de la guerre terrestre, ou des deux; ils doivent contribuer à la diffusion et à l’analyse de concepts axés sur la doctrine et l’instruction ou encore d’idées, de concepts et d’opinions. Des articles sur des sujets connexes, tels que le leadership, l’éthique, la technologie et l’histoire militaire sont également bien accueillis.

Note au dossier

La rubrique « Note au dossier » est réservée à des articles courts de 1 000 à 3 000 mots qui peuvent comprendre des notes de fin de document. Des photos, des graphiques ou des cartes peuvent les accompagner au besoin, mais ce n’est pas obligatoire.

Tribune libre

La rubrique « Tribune libre » met en lumière les commentaires, les répliques et toute autre opinion se rapportant à des sujets abordés antérieurement dans le Journal. Les commentaires doivent reposer sur des arguments éclairés et éviter de verser dans le discours creux ou la polémique. Les articles opportuns sont bien accueillis et paraissent dès que possible de manière qu’ils demeurent leur pertinents par rapport au débat en cours. Les contributions à la Tribune libre ne doivent pas dépasser 1 000 mots, et il importe d’indiquer clairement à quel article ou sujet elles font référence.

Notices biographiques

La rubrique « Notices biographiques » vise à souligner la vie et les réalisations de soldats canadiens exceptionnels. Une notice biographique peut résumer la contribution de toute une vie, comme celle du major-général Sir Samuel Steele, ou encore mettre l’accent sur une réalisation particulière d’une personne, comme dans l’article intitulé « Soldat Léo Major, DCM avec agrafe ». De toute évidence, le grade de la personne n’importe pas autant que ses exploits ou la contribution qu’elle a apportée aux Forces armées canadiennes. Chaque article doit compter entre 3 000 et 4 000 mots et comprendre une photo illustrant le sujet traité et au moins trois (3) images (photos ou cartes) de haute qualité (300 ppp) s’accompagnant de légendes, des sources et d’une autorisation de publier, selon le cas, qui seront intégrées dans la publication.

Critiques de livre

La rédaction d’une critique de livre peut paraître assez simple, mais quiconque en écrit une doit tenir compte de nombreux facteurs. Voici certains éléments fondamentaux à se rappeler à cet égard.

Les critiques doivent être rédigées en format Word et ne contenir aucun symbole ou caractère spécial. Elles doivent compter entre 1 000 et 1 500 mots, y compris les notes de fin de document. Tous les livres qui font l’objet d’une critique doivent être présentés comme suit :

PEGASUS BRIDGE: BENOUVILLE D-DAY 1944
FOWLER, WILL, Oxford, Osprey Publishing, 2010, 64 pages, 22,00 $
ISBN : 978-1-84603-848-8

Conseils pour la rédaction d’une critique de livre

Professionnalisme – La critique doit porter sur le livre même et elle ne doit pas servir uniquement à en critiquer l’auteur. Il convient d’inclure des renseignements sur l’auteur (poste, parcours professionnel, formation, etc.), mais la critique ne doit pas servir à le complimenter de façon détournée ou à l’attaquer personnellement. Que la critique soit positive ou négative, elle doit être formulée de façon courtoise, modérée et constructive.

Efficacité – Les critiques les plus efficaces sont celles qui situent le livre dans un contexte plus large, tout en soulignant les aspects qu’il convient de porter à l’attention du lecteur.

Contenu – La critique doit comprendre un bref résumé de la portée, de l’objet et du contenu du livre. Le cas échéant, il convient de mentionner l’importance de ce dernier dans le contexte des autres ouvrages traitant le même sujet.

Évaluation – L’auteur d’une critique ne doit pas se limiter à fournir une description sommaire du livre : il doit plutôt le critiquer de façon objective et mesurée. Quel est le but avoué du livre? A-t-il été atteint? Quels en sont les points forts et les faiblesses?

Lectorat – N’oubliez pas les lecteurs et lectrices auxquels vous vous adressez. Mettez-les en contexte afin de l’aider à bien saisir le contenu. N’utilisez pas d’abréviations ou d’acronymes sans les expliquer, ou de termes que seuls les spécialistes du domaine militaire peuvent comprendre. Le lectorat du Journal de l’Armée du Canada est vaste et comprend à la fois des militaires et des civils et des membres du grand public.

Réaction des auteurs

Il est permis aux auteurs de répondre à une critique dans la section « Tribune libre » du Journal de l’Armée du Canada.

Révision des critiques et des réponses

Il incombe aux critiques et aux auteurs de faire preuve de politesse et de professionnalisme lorsqu’ils rédigent leur critique ou leur réponse. Le rédacteur en chef se réserve le droit de modifier en ce sens les critiques et les réponses, selon le cas, et de ne pas publier celles qui ne satisfont à cette norme.

Envoi

Tous les textes doivent être envoyés directement à l’adresse : thearmyjournal@forces.gc.ca