La troupe montée de Strathcona se prépare à se produire à Moreuil Wood, en France-Vidéo

Vidéo / Le 18 janvier 2019 / Numéro de projet : 18-0311

 

(Des soldats de la Troupe montée du Strathcona traversent un champ à cheval, leurs épées dégainées.)

Capitaine Sean Coughlan : Se rendre en France pour reconstituer la charge du bois Moreuil à l’occasion de son centenaire fut une expérience extraordinaire.

(Des spectateurs observent la troupe montée. Plan du Capt Coughlan qui parle à la caméra. Il se trouve à l’extérieur d’une écurie, et on aperçoit un cheval en arrière-plan.)

Nous avons été confrontés à plusieurs défis de taille. Naturellement, il y a eu des complications avec la quarantaine et le transport de nos chevaux outre-mer; nous avons dû nous procurer des chevaux sur place.

(Plan des chevaux dans l’écurie. Un employé se dirige vers un cheval pour le nourrir.)

Trouver un endroit où il est possible de faire l’acquisition de vingt chevaux s’est avéré un obstacle impossible à surmonter. Nous avons dû former une équipe avec des chevaux provenant de Belgique, de Paris et du nord de la France, près de la Normandie.

 (Des soldats s’entraînent à cheval dans une écurie. Ils se déplacent côte à côte en file, puis se suivent dans un mouvement circulaire.)

Nos chevaux doivent exécuter certains mouvements particuliers qui ne font pas partie du dressage que reçoivent la plupart des autres chevaux. Il était donc essentiel de pouvoir compter sur la présence des entraîneurs sur place et de bénéficier de quelques jours pour travailler avec les chevaux. En deux ou trois jours, nous étions prêts.

 (La Troupe montée du Strathcona est de nouveau sur le terrain. L’ordre est donné et elle va au galop.)

Mener une charge dans un lieu possédant une telle importance historique pour le Régiment fut une expérience à la fois ahurissante et une très grande leçon d’humilité.

 (Le mot-symbole Armée canadienne apparaît à l’écran.)

 

 

Date de modification :