L’exercice RIM OF THE PACIFIC (RIMPAC) rassemble les forces armées des nations du Pacifique pour-Vidéo

Vidéo / Le 9 janvier 2019 / Numéro de projet : 18-0118

(Des soldats partent à la charge sur la page après être débarqués d’un véhicule blindé)

(Lieutenant Davy Ackerman)

Je suis le lieutenant Davy Ackerman, commandant du peloton de reconnaissance au 2e Bataillon, Royal 22e Régiment.

(Les soldats entrent dans un bâtiment, fusils dégainés.)

Je me trouve à la base du Corps des Marines de Camp Pendleton, dans le sud de la Californie, pour l’exercice RIMPAC 2018.

(La scène retourne au Lt Ackerman, debout devant un bâtiment en métal d’où pendent des cordes à linge. Diverses pièces d’uniforme militaire sont étendues sur les cordes à linge.)

Notre entraînement amphibie avec le 1er bataillon de reconnaissance a été une séance d’entraînement graduelle.

(Une embarcation pneumatique à coque rigide, avec plusieurs soldats à son bord, s’approche de la rive. Les soldats sautent dans l’eau peu profonde et se dirigent vers la rive.)

Nous avons commencé par des opérations avec de petites embarcations. Nous sommes allés sur l’eau avec leurs embarcations pneumatiques à coque rigide. Ils nous ont montré leur fonctionnement. Nous avons fait quelques passages de surf où on emmène les embarcations qui se trouvent dans l’océan jusqu’à la rive, les faisons échouer, les tournons et revenons, ce qui était très amusant puisqu’il y avait de grosses vagues cette journée-là.

(Les soldats nagent et avancent dans l’eau, avec leurs sacs à dos et leurs fusils dégainés.)

Nous avons aussi nagé beaucoup dans l’océan avec des sacs à dos. Nous nageons beaucoup au Canada, mais pas avec ce type de vagues. C’était définitivement une bonne expérience pour les gars.

(Un hélicoptère survole l’océan.)

Un autre type d’entraînement que nous avons fait avec le 1er Bon reco est le largage par hélicoptère. Nous avons sauté de leurs Sea Stallions avec les embarcations pneumatiques.

(Une embarcation est larguée de l’hélicoptère. Plusieurs soldats sautent à l’eau.)

Il s’agissait d’un entraînement particulièrement excitant pour mon peloton puisque normalement au Canada, lorsque nous effectuons un largage par hélicoptère, nous ne sautons pas avec une embarcation. Évidemment, il s’agit d’une excellente méthode d’insertion.

(Les soldats s’éloignent à bord de l’embarcation.)

On peut être largué à des kilomètres de la rive et nous avons une embarcation pour nous en rapprocher discrètement

(La scène passe à un champ de tir. Un tireur d’élite tire de son fusil en direction du champ de tir.)

Nous avons également participé à un champ de tir de précision et un champ de tir tactique.

(Plusieurs soldats tirent sur leurs cibles.)

Pendant deux jours, des invités se sont joints à nous, notamment des tireurs d’élite mexicains et des francs-tireurs américains du bataillon de Marines avec lequel nous nous entraînions.

(La scène passe à plusieurs plans rapprochés de soldats de différents pays tirant de leur fusil en direction du champ de tir.)

Pendant cet entraînement, nos tireurs d’élite canadiens ont partagé leurs connaissances et habiletés avec leurs homologues mexicains et américains. Et le tir tactique était une excellente occasion de tirer des munitions sur le champ de tir pour mon peloton.

(Le Lt Ackerman est de retour à l’écran.)

Pendant l’exercice RIMPAC 2018, nous avons travaillé avec les Marines américains et mexicains.

(Des soldats plongent dans une piscine à partir d’une plateforme.)

Nous avons beaucoup de ressemblances dans nos façons de faire.

(On voit une équipe de tireurs d’élite aligner un tir. La scène passe à un groupe de quatre soldats, fusils dégainés, marchant dans un secteur couvert de fumée.)

Mais nous avons également des différences, alors c’était intéressant de discuter avec eux, de comprendre pourquoi ils font les choses de cette manière et d’expliquer pourquoi on fait les choses comme on le fait.

(Le filigrane de l’Armée canadienne apparaît à l’écran.)

 

 

Date de modification :