32e Régiment du génie de combat

Identification de l'unité

Insigne du 32e Régiment du génie de combat

UBIQUE

« Partout »

Emplacement

Manège militaire LCol George Taylor Denison III
1 Ruelle Yukon
Toronto, ON  M3K 0A1

Réserve de l'Armée

Graphique : Joanna Gajdicar

Joignez notre équipe

Vous cherchez du travail à temps plein ou à temps partiel? Nous embauchons et offrons d'excellentes perspectives de carrière. N'hésitez pas à appeler ou envoyer un courriel à notre recruteur qui se fera un plaisir de répondre à vos questions et de vous indiquer comment vous adresser à notre régiment.

Le recruteur de notre équipe

Téléphone : 416-633-6200, Ext. 3127
Courriel : 32cbgrecruiting@forces.gc.ca

Ou contactez

Téléphone: 1-800-856-8488
Trouvez un centre de recrutement près de vous. 

Entraînement

septembre à juin:

  • vendredi soir
  • 19h30 à 22h30
  • une fin de semaine par mois.

L'emploi d'été à plein temps est disponible de mai à août.

Métiers dans notre unité

Équipement

 

Qui nous sommes

Le 32e Régiment du génie de combat (32 RGC) est hébergé au manège militaire Lcol George Taylor Denison III à Toronto. Il fait partie du 32e Groupe-brigade du Canada (32 GBC), une formation de la Première réserve de l’Armée canadienne.

Avantages de l’enrôlement

Lorsque vous vous joignez à notre unité, vous recevrez une rémunération concurrentielle pour votre travail à temps partiel ou à temps plein. Vous êtes également admissible pour une formation en cours d’emploi qui pourrait vous être utile dans votre vie civile. Aussi, il y a des avantages médicaux, dentaires et éducatifs qui sont offerts aux réservistes de l’Armée.

Voici les détails :

Équipe de commandement

  • Commandant : Lieutenant-colonel D.S. Boychyn, CD, RMC
  • Sergent-major régimentaire : Adjudant-chef S. Allen, CD

Communiquez avec nous

32e Régiment du génie de combat
Manège militaire LCol George Taylor Denison III
1 Ruelle Yukon
Toronto, ON  M3K 0A1

Téléphone : 416-633-6200, Ext. 3127
Courriel : 32CEROR@forces.gc.ca

Nouvelles

Les Forces armées canadiennes et des Alliés parfont leurs compétences de combat interarmées dans le cadre de l’exercice assisté par ordinateur UNIFIED RESOLVE 2020

10 février 2020 – Kingston (Ont.) – Ministère de la Défense nationale/Forces armées canadiennes
Le 10 février 2020

Major Greg Frank

La fin de 37 ans de service soulignée par un dernier tir d’obus

Meaford (Ontario) — Par un frais après-midi d’octobre, le major (à la retraite) Greg Frank s’affairait à charger un obusier C3 de 105 mm. C’est une tâche qu’il a accomplie littéralement des milliers de fois au cours de sa carrière de 37 ans dans la Réserve de l’Armée canadienne. Toutefois, cette fois-ci était différente des autres : il s’agissait du tout dernier obus qu’il allait tirer de sa carrière.
Le 7 février 2020

De nouveaux membres des Queen’s Own Rifles of Canada, un régiment de la Réserve de l’Armée basé à Toronto, reçoivent des Pièces du Souvenir pour marquer le Jour du Souvenir.

Les pièces des Queen’s Own Rifles, un « devoir sacré » envers leurs morts au combat

Toronto (Ontario) — Une tradition vieille de 20 ans, qui permet d’honorer les militaires du Régiment morts au combat depuis 160 ans avec des Pièces du Souvenir, est encore en vigueur chez les Queen’s Own Rifles of Canada (QOR).
Le 26 novembre 2019

Voir d'autres nouvelles

Notre histoire

L’ordonnance numéro 1 de la milice, en date du 14 janvier 1876, autorisait la formation de la Toronto Engineer Company. Le nom de la compagnie a changé en octobre de la même année pour devenir 2nd Military District Engineer Company. L’effectif établi de la compagnie était de 5 officiers et soixante-dix militaires du rang.

Le premier commandant de la compagnie a été le Lieutenant-colonel Thomas Clarkson Scoble. Ne pouvant compter sur aucune dotation de matériel du génie ni sur le soutien d’instructeurs formés, le lieutenant-colonel faisait face à tout un défi. Il a réussi à trouver un sous-officier (s/off) des Royal Engineers à la retraite qui vivait à Toronto et à le persuader de devenir le sous-officier chargé de l’instruction au sein de sa compagnie du génie, puis a payé de sa poche les approvisionnements et le matériel nécessaires pour former ses hommes comme sapeurs.

Lire la suite de notre histoire.

Date de modification :